Moins de radars tronçons en 2014. Le Sénat revoit le budget à la baisse.

Accueil
Moins de radars tronçons en 2014. Le Sénat revoit le budget à la baisse. Demander un devis

Publié le 9 décembre 2013

Le projet de loi de finance 2014 (PLF 2014), avait prévu un budget pour 45 nouveaux radars tronçons. Le sénateur Vincent Delahaye a demandé à ce que le budget et le nombre de radars tronçons soient revus à la baisse (20), aucun rapport ne prouvant en effet l’efficacité de ce système

Selon le sénateur :

« Il convient de s’interroger sur la pertinence du déploiement des radars vitesses moyennes, dont les coûts d’investissement et de fonctionnement sont aussi élevés. Il faut ajouter que, ni les documents budgétaires, ni les réponses au questionnaire budgétaire ne permettent de mesurer l’efficacité, en termes de sécurité routière, de ces dispositifs. »

Vincent Delahaye a passé un amendement qui réduit le nombre de ces radars tronçons à 20 au lieu des 45 initialement prévus dans le PLF 2014 voté à l’Assemblée Nationale.

Cet amendement permet de réduire les dépenses de manière significative : «… de 4,125 millions d’euros. L’économie ainsi réalisée permet d’augmenter les crédits du programme « collectivités territoriales »»  selon le sénateur.

Comment cela fonctionne ?

Le système « radar tronçon » mesure la vitesse moyenne d’un véhicule sur un tronçon de route parcouru.

 Description radars tronçons

Avec une première caméra, le radar tronçon enregistre le passage de l’automobile, de sa plaque minéralogique à l’entrée du tronçon. L’ordinateur identifie la plaque d’immatriculation et enregistre l’heure exacte du passage du véhicule. A la sortie du tronçon, une deuxième caméra refait la même chose. Le système calcule alors la vitesse moyenne de circulation sur le tronçon surveillé en fonction du temps de parcours et de la longueur du tronçon.

Peu de donnés sont disponibles quant à l’efficacité de ce système, d’où la réserve du sénateur… alors même que ce dispositif coûte très cher. En moyenne, un radar tronçon revient à 170 000 euros par système installé.

L’équipe DrivePad

Crédit photo : Le Parisien. Sécurité Routière. Sénat.

Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *