VOLVO V40 CROSS COUNTRY : UN STYLE AVENTURIER

Accueil
VOLVO V40 CROSS COUNTRY : UN STYLE AVENTURIER Demander un devis

Publié le 2 avril 2013

Moins d’un an après le lancement de sa nouvelle génération de V40, Volvo présente sa déclinaison « baroudeuse » avec la version Cross Country

Par le passé, Volvo avait déjà utilisé l’appellation Cross Country pour des versions « aventurières » des breaks 850 et V70 avant que cette dernière ne donne naissance au XC70. La V40 connaitra-t-elle la même évolution ? Ce n’est pas à l’ordre du jour pour le moment et, à défaut d’un XC40, les visiteurs de dernier Mondial ont pu découvrir cette V40 Cross Country que son constructeur définit plutôt comme un crossover.
Volvo V40 Cross CountryEsthétiquement, la V40 Cross Country se distingue des versions classiques par divers éléments spécifiques : calandre, boucliers avec sabots de protection inférieurs, barres de toit, coques de rétroviseurs extérieurs et entourages de vitres noirs brillants, jantes (issues de celles du V70) et bas de caisse sans oublier une hauteur augmentée de 40 mm. Celle-ci est due à la fois à la nouvelle taille des roues et des ressorts de suspension. Peu de changements dans l’habitacle qui se distingue surtout par de nouvelles incrustations et des possibilités de selleries biton.

La V40 Cross Country met l’accent sur la polyvalence et le raffinement en se présentant comme un crossover « cinq portes-cinq places premium » et en insistant sur le fait qu’il est le premier du genre dans son segment.
Toutes les motorisations connues sur la V40 sont reprises à l’exception du bloc essence d’entrée de gamme (T3 / 1.6 – 125 ch). Toutes les versions reçoivent de série un système Hill Hold pour faciliter les démarrages en côte et un dispositif Hill Descent Control qui régule automatiquement la vitesse en descente. Mais la principale innovation est constituée par l’apparition de la transmission intégrale, une Haldex de cinquième génération malheureusement réservée à la seule motorisation T5. Un cinq cylindres essence 2.5 de 254 ch guère en phase avec les goûts français actuels, d’autant qu’avec 194 g/km de CO2 en version 4×4, il est frappé d’un  malus de 5 000 €…

Volvo V40 Cross Country vue arrièrePuissant et coupleux (360 Nm entre 1 800 et 4 200 tr/mn) mais trop linéaire dans ses accélérations pour être considéré comme sportif, le T5 est associé à une boîte automatique Geartronic à six rapports pas toujours aussi réactive qu’on pourrait le souhaiter. Cela profite à la consommation : le T5 4×4 ne revendique ici que 8,3 l/100 km en cycle mixte, soit seulement 0,5 l de plus qu’en deux roues motrices.  S’il y a fort à parier que ces versions resteront rares dans l’Hexagone, on s’en consolera en se rappelant que les prestations de la V40 sont déjà excellentes en deux roues motrices.
La surélévation de la caisse n’a pas d’influence notable sur le comportement et la V40 fait preuve de rigueur et de confort même si les jantes de 18’’ chaussée de pneus 225/45 ont tendance à raffermir ce dernier. Le roulis est très bien maîtrisé et, comme on peut s’en douter, la V40 Cross Country reste avant tout et surtout un véhicule routier qui ne s’aventurera qu’exceptionnellement hors du goudron.

Volvo V40 Cross Country habitacleSi l’on excepte la transmission intégrale, limitée à des versions trop exclusives pour peser sur les ventes, les arguments de la V40 Cross Country sont avant tout esthétiques. Pour 1 500 € de plus qu’une V40, pourquoi ne pas faire preuve d’originalité ?

Sylvain LHOTE
Crédit Photos : Autovista et Volvo France

Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *