VOLKSWAGEN COCCINELLE CABRIOLET : LOGIQUE

Accueil
VOLKSWAGEN COCCINELLE CABRIOLET : LOGIQUE Demander un devis

Publié le 14 mai 2013

Lorsqu’est apparue la troisième génération de Coccinelle en 2011, il allait de soi qu’elle serait déclinée en cabriolet : c’est à présent chose faite avec le nouveau cabriolet VW Coccinelle

Hormis Volkswagen, quel constructeur pourrait se permettre de faire cohabiter dans son catalogue trois cabriolets s’inscrivant sur le même segment ? La Coccinelle vient en effet s’ajouter à la Golf et à l’Eos pour satisfaire les envies des amateurs de décapotables et cela sans vraiment empiéter leurs platebandes.

Car, au sein d’une même marque, Volkswagen sait créer des produits qui ont leur identité propre. D’autant que, dans le cas qui nous préoccupe, deux des trois voitures considérées sont carrément des légendes automobiles. L’Eos ? Un coupé-cabriolet généraliste flirtant avec les codes du premium. La Golf ? Une référence depuis 1974, le cabriolet rassemblant autant de suffrages que la berline. La Coccinelle ? On ne présente plus celle qui a fondé la marque, a battu le record de production de la Ford T et suscite toujours autant de sympathie. Une tendance sur laquelle le cabriolet peut capitaliser encore plus que la berline puisqu’il évoque encore plus la liberté et les loisirs.

Coccinnelle

Le constructeur ne s’y est d’ailleurs pas trompé en proposant au lancement trois séries limitées faisant référence aux trois grandes étapes de la carrière de la Coccinelle originale. La 50’s Edition évoque les années 1950 avec une très seyante robe noire, des jantes 17’’ avec enjoliveurs chromés et une sellerie en cuir beige. La 60’s Edition joue la carte du cool avec ses sièges sport, sa sellerie bicolore et sa carrosserie bleue ou blanche. Enfin, la 70’s Edition se fait élégante avec sa livrée métallisée brune ou grise, ses sièges sport en cuir beige et sa toile de capote assortie. On aurait pu aller plus loin vers les origines avec des 30’s Edition et 40’s Edition mais cela aurait certainement suscité la controverse…

Autre atout pour le nouveau venu : proposé à partir de 20 890 € (hors malus), le cabriolet Coccinelle est le moins cher des trois découvrables de Wolfsburg.

Cette Coccinelle est dotée d’une capote en toile « à l’ancienne » mais bénéficiant de tout le confort moderne. La manœuvre est électrique (moins de 10 s pour s’ouvrir, 11 s pour se refermer) et peut être réalisée en roulant jusqu’à 50 km/h. Se repliant derrière les appuie-têtes arrières, la capote ne vient pas grever le volume du coffre. Et c’est heureux car celui-ci est déjà réduit à 225 l et peu accessible.

L’installation de cette capote ayant été particulièrement soignée, elle reste parfaitement en place même à pleine vitesse (jusqu’à 221 km/h avec le 2.0 TSI200 !).En cas de malheur, un arceau de sécurité normalement invisible jaillit en quelques millisecondes dès qu’un risque de retournement est détecté.

Coccinnelle habitacle

On peut donc prendre la route l’esprit tranquille d’autant que le cabriolet Coccinelle se révèle aussi agréable et sûr à conduire que la berline et affiche une rigidité torsionnelle comparable, ce qui se paye d’un surpoids de seulement 114 kg. La direction est à la fois précise et douce et s’accommode aussi bien de la balade que d’une conduite plus appuyée. Un pare-vent particulièrement efficace est disponible en option mais il condamne les places arrière.

Il était logiquement attendu et tient toutes ses promesses. Le cabriolet Coccinelle, homogène et séduisant, écrit un nouveau chapitre de la légende.

Sylvain LHOTE

By Autovista

Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *