FORD FIESTA : REPRENDRE LA TETE

Accueil
FORD FIESTA : REPRENDRE LA TETE Demander un devis

Publié le 17 mars 2013

Forte de son titre de voiture la plus vendue de son segment en Europe, l’actuelle Fiesta s’offre le traditionnel restylage de mi-carrière et en profite pour renouveler ses motorisations

Lancée il y a maintenant quatre ans, la sixième génération de Fiesta est un modèle essentiel pour Ford. Et ce qui est valable en Europe l’est aussi en France ; sur les 92 477 véhicules particuliers immatriculés par Ford dans l’Hexagone en 2012, 31 502 étaient des Fiesta, soit 35 % du total. Elle a même été la première citadine importée de 2009 à 2011 avant d’être détrônée l’an passé par la Polo.

Pour remonter sur la première marche du podium, la petite Ford se pare donc d’un nouveau style et, surtout, de nouvelles mécaniques. Côté esthétique, on remarque immédiatement la face avant avec sa calandre aux faux airs d’Aston Martin et, pour l’arrière, de nouveaux blocs optiques intégrant les incontournables LEDs.

 

L’intérieur évolue peu mais fait appel à de nouveaux matériaux plus valorisants ainsi qu’à des selleries et des combinaisons de couleurs inédites. L’ergonomie bénéficie des quelques améliorations : la commande des vitres électriques a été avancée et un nouvel accoudoir central intégré fait son apparition. L’instrumentation a été revue avec, notamment une meilleure résolution pour l’écran central. On retiendra surtout l’adoption (en option) d’un GPS intégré qui faisait jusqu’alors défaut.

Ford Fiesta

Les équipements suivent le mouvement : la Fiesta peut ainsi disposer de l’Active City Stop qui freine le véhicule lorsque celui-ci s’approche trop de celui qui le précède. Il peut même l’arrêter totalement jusqu’à 25 km/h. Le système de reconnaissance vocale SYNC, déjà présent sur les Focus, B-Max et C-Max est monté de série à partir du troisième niveau Titanium.

Enfin, signalons pour finir le « contrôle parental » MyKey : parents – ou gestionnaires de flottes – configurent l’une des clés pour limiter les prestations du véhicules, donc les risques liés à son utilisation : vitesse limitée à 140 ou 160 km/h, alertes de dépassement de vitesse, limitation du volume de l’autoradio, systèmes de sécurité non déconnectables, blocage des appels téléphoniques, alerte anticipée du niveau de carburant, GPS non manipulable au-dessus de 8 km/h… Un système développé aux États-Unis et qui fait sa première européenne sur la Fiesta.

 

En ce qui concerne les motorisations, la Fiesta continue de proposer une offre assez large en essence comme en diesel. Mais c’est bien sûr le trois cylindres 1.0 EcoBoost qui retient toute l’attention. Apparu l’an dernier sur la Focus, il est proposé sur la Fiesta en versions 80, 100 et 125 ch. Curieusement, ses performances impressionnent un peu moins ici. Il est vrai qu’il est associé à une boîte aux rapports plus longs. Une petite perte d’agrément qui permet toutefois de limiter les rejets de CO2 à 99 g/km quelle que soit la puissance. Les habitudes ayant la vie dure, c’est cependant le Diesel 1.5 TDCi – 75 ch qui devrait rester le moteur le plus vendu, plus d’un tiers selon Ford.

 

Ford Fiesta habitacle

Côté comportement, la Fiesta reste dynamique avec un train avant particulièrement incisif, une direction précise et des suspensions efficaces en ville comme sur route.

Polyvalente et profitant de tarifs bien positionnés, la Fiesta reste l’une des références de son segment. L’arrivée des nouveaux moteurs et des nouveaux équipements ne pourront que l’aider à conforter ses positions.

Sylvain LHOTE

Autovista

Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *