Consommation automobile… la fin d’une époque ?

Accueil
Consommation automobile… la fin d’une époque ? Demander un devis

Publié le 2 janvier 2013

Année noire pour le marché français 2012. La chute des immatriculations atteint – 13,9% sur l’année 2012 ! Le marché auto va t il se redresser ? Ou assiste-t-on à un changement radical de mode de consommation ?

Avec moins de 1,9 millions de voitures neuves immatriculées, le volume n’a jamais été aussi bas en cette année 2012 et cela depuis 1997. Les constructeurs français souffrent le plus avec un recul de leurs ventes de -19,4%. En cause, la fin des primes à la casse, la désaffection des Français pour l’auto, une tendance de fond selon le site www.drivepad.fr.

Les Françaises à la peine !

L’année 2012 aura été une année de tous les dangers. Il y aura eu près de 300 000 immatriculations de moins cette année par rapport à 2011. Les grands perdants sont les constructeurs français :

– Renault perd 112 150 immatriculations soit une chute de 24,7% à 343 255 ventes ;

– Dacia recule de 9,2% à 80 792 voitures vendues ;

– Peugeot perd 64 000 voitures à 305 484 immatriculations, en recul de -17,4% ;

– tout comme Citroën qui recule de -17,5% à 266 442 voitures immatriculées.

Coréens et marque premium à l’honneur

Le groupe Hyundai progresse de +28,2%  sur un an !

Avec sa marque Kia, +18,1% et surtout Hyundai  qui fait un bon spectaculaire de +42,2% sur les 12 mois 2012.

Le groupe Mercedes progresse également de 5,3%, tiré par la marque éponyme (+9,2%)

Le groupe BMW tire son épingle du jeu avec +3,8% pour la Marque BMW et -1% pour Mini.

Audi et Skoda, augmentent respectivement de 4 ,7% et 6% sur un an.

« Le marché aura été fortement impacté par la fin des bonus et autres primes à la casse. On assiste à un retournement classique des ventes, suite à l’effet d’aubaine qui avait été provoqué alors. Le problème est que cela intervient dans un contexte économique fortement dégradé » explique Eric BATAILLE, le Président du site drivepad.fr.

Par ailleurs, le marché automobile devient un marché « diabolo ». A savoir un marché où le milieu de gamme tend à diminuer très fortement. Seuls les segments premium et low cost tirent leur épingle du jeu. Les constructeurs français sont principalement positionnés sur ce milieu de gamme. PSA et Renault ont bénéficié des mesures de soutien avec la mise en place de la prime à la casse. Cela se retourne mécaniquement contre eux alors que le haut de gamme, les Coréens et le low cost progressent.

Un budget auto qui devient insupportable

Mais on peut voir également dans ces résultats historiquement bas une tendance de fond, liée au poids devenu presque insupportable pour certains ménages du budget auto. Drivepad.fr estime que le budget auto 2012 d’un ménage motorisé est de 6100 euros. En progression de 1,7% par rapport à 2011. Avec plus de 500 euros par mois de dépenses automobile, la voiture devient un mal nécessaire, voir un luxe pour certains ménages qui doivent désormais arbitrer dans leurs dépenses.

C’est pour cela que l’on assiste à une baisse de kilométrage parcouru, que la consommation de carburant, en volume, recule, et que les entretiens sont de plus en plus espacés, quitte à prendre un risque pour sa sécurité.

« Tout est fait, depuis des années, pour détourner les Français de l’automobile. Taxes, restrictions de circulation, parking en ville impossible, multiplication des radars automatiques, etc… et depuis janvier 2013, un malus à l’achat d’une voiture neuve exorbitant. Attendons nous à ce que la fiscalité du diesel soit alignée bientôt sur celle de l’essence ». Commente Eric BATAILLE.

Une tendance lourde de changement de consommation ?

Les jeunes générations sont moins portées sur l’automobile. La voiture a été pendant longtemps un achat, certes raisonné, mais également plaisir. On assiste à une réelle tendance à la désaffection des acheteurs qui soit se tournent vers des plus petits véhicules, soit se séparent de leur auto. Rappelons que l’âge d’achat d’un véhicule neuf est de plus de 50 ans. Les jeunes et familles vont plutôt sur l’occasion (5 voitures achetées pour une voiture neuve vendue) pour des raisons essentiellement de budget.

« Le développement de modes de consommations alternatifs, comme l’auto partage, le covoiturage, illustre ce phénomène. Conséquences, le nombre de kilomètres parcourus par véhicule baisse (moins de 12 000 km/an), l’âge moyen (+ 8 ans) ainsi la durée de détention (+ 4 ans) augmentent. Et les professionnels voient leurs entrées atelier baisser de 25%».

C’est toute une économie qui est en train de changer et on peut se demander si la tendance 2012 ne va pas se retrouver en 2013 et dans les années à venir.

Laisser un commentaire
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *